intervenants & modérateurs

Ariane Dumont – Yverdon-les-Bains

Ariane Dumont – Yverdon-les-Bains

Ariane Dumont travaille à la HEIG-VD, la Haute Ecole d’ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud à Yverdon-les-Bains, comme enseignante et conseillère pédagogique.

Passionnée par la formation des enseignants des hautes écoles et par le conseil pédagogique, Ariane Dumont a développé son expérience professionnelle sur quatre axes: spécialisation dans la formation pédagogique des enseignants, création d’un conseil pédagogique individuel afin de soutenir les enseignants dans une pratique réflexive, mise sur pied de l’évaluation des enseignements par les étudiant-e-s et recherche en pédagogie universitaire.

Afin de se perfectionner avec le modèle de la classe inverse, ou flipped classroom, elle a travaillé à Harvard dans le groupe d’innovation pédagogique du professeur Eric Mazur http://mazur.harvard.edu/, que certains considèrent comme le premier a avoir inversé son enseignement et donc comme le père de la classe inversée.

Elle a publié un ouvrage sur la pédagogie inversée chez l’éditeur De Boeck en septembre 2016.
Ariane Dumont est également enseignante au niveau Bachelor, ce qui lui permet de mettre en pratique la classe inversée dans son propre enseignement.

L’atelier quelle présente à LUDOVIA#CH

Perusall, ressource numérique efficace et pertinente pour faire travailler les étudiant-e-s à distance !

Niveau scolaire concerné : enseignement supérieur

Mots clés : classe inversée, travail asynchrone, apprentissage en profondeur, lecture collaborative

Problématique pédagogique : L’enseignant qui innove pédagogiquement pour mettre en place la classe inversée s’attend à voir ses efforts récompensés par un engagement des étudiants dans leur expérience d’apprentissage, or il est souvent difficile d’avoir un engagement actif de la part des étudiants dans les activités préparatoires à distance, au cœur de toute classe inversée ! Rappelons pour commencer que la classe inversée s’articule en trois temps dont deux à l’extérieur de la salle de cours. Le principe est de faire travailler les étudiants à distance sur des notions préalables avant la rencontre avec l’enseignant. Le temps ainsi dégagé offre la possibilité d’entrer dans la compréhension de la nouvelle matière en présentiel avec ses collègues de cours et sous la supervision de l’enseignant. En résumé, l’étape 1 sous forme asynchrone à distance initie préalablement les étudiants à une nouvelle matière. L’étape 2 en présentiel, donc en mode synchrone, se passe principalement dans des activités de compréhension sous la supervision de l’enseignant. L’étape 3, en mode asynchrone, est celle de la consolidation ou de l’approfondissement. Or l’enjeu pédagogique consiste à créer des situations d’apprentissage asynchrone dans lesquelles les étudiants vont s’engager activement, ce qui représente un défi important pour l’enseignant.

Leave your thought here

*Note: Your email will be kept secret and not be published